Janvier 1968, congrès de l’Union progressiste sénégalaise (Up), devenue Parti socialiste (Ps). Un certain Abdoulaye Wade, membre de l’Ups et futur fondateur du Parti démocratique sénégalais (Pds), donne la parole ‘’au camarade secrétaire général Léopold Senghor’’.

C’était deux ans avant la nomination comme Premier ministre d’Abdou Diouf, premier jalon vers le changement au sommet de l’Exécutif sénégalais. Son discours, sur le ton de celui de Martin Luther King (I have a dream), jetait les bases d’un pays ‘’démocratique où il fasse bon vivre’’, avec notamment l’avènement du multipartisme limité (3 courants).

Après deux réélections, en 1973 et en 1978, Senghor quitte le pouvoir en 1980 et passe la main à Abdou Diouf, son Premier ministre depuis dix ans.

C’est la dernière partie de la série que SenePlus consacre à l’ancien président du Sénégal depuis mardi 17 septembre.


Twitter icon
Facebook icon
Google icon
Pinterest icon
e-mail icon