L’expérience du Maroc qui a l’une des Caisses des dépôts les plus vieilles et les plus dynamiques est en train de faire tache d’huile au Sénégal. Le Directeur général de la Caisse des dépôts et consignations du Sénégal, Thierno Seydou Niane, veut reproduire ce modèle dans notre pays.

Il n’y a pas de secret : pour aller loin, il faut ménager sa monture.  A l’horizon 2017, la Caisse des dépôts et consignations (Cdc) veut aller vers une autonomie financière. Pour y parvenir, son directeur général Thierno Seydou Niane a doté l’institution d’un schéma directeur semblable à un business-plan. Celui-ci prend les contours d’un investissement à forte rentabilité  dans des projets immobiliers, comme cela a été fait au royaume chérifien.

S’exprimant au cours d’un séminaire organisé avec le Collectif des journalistes en économie (Cojes), le Directeur général de la Caisse des dépôts et consignations a donné l’exemple de la future cité de Bambilor, un projet de logements sociaux mis en œuvre par la Cdc à Bambilor.

En explorant cette piste, le Sénégal n’a fait que suivre l’exemple marocain qui abrite l’une des Caisses de dépôts les plus vieilles en Afrique. «On compte vraiment tirer profit de l’expérience du Maroc pour développer la nôtre», explique-t-il. D’ailleurs, sur ce chapitre qui ne manque pas d’intérêt, le Directeur de la Cdc a souligné que les Etats africains comptent sur des investisseurs publics tels que les Caisses de dépôts pour accroître et démultiplier l’action publique, en se servant d’elles comme leur bras financier armé.

Autre piste à explorer qui a fait tache d’huile au Maroc, la création d’une caisse des marchés. Il a été constaté que les Pme gagnent des marchés mais ont du mal à trouver des  ressources pour démarrer leur business.  Mais pour cela, il faudra que la Caisse du Sénégal qui est jeune se fasse connaître du grand public. «Nous devons tout faire pour que les missions de la Cdc intéressent le grand public et cela peut avoir une influence sur la mobilisation des ressources», indique Thierno Seydou Niane

A ce titre d’ailleurs, une convention de partenariat avec le Cojes a été signée. Créée en janvier 2006 et placée sous l’autorité du ministère sénégalais de l’Economie et des Finances, la Cdc se substitue au Trésor public dans la réception et la gestion des dépôts et consignations des organismes et des particuliers, ainsi que dans la garde des fonds disponibles de la Caisse nationale d’épargne.

La Cdc est également mandatée par l’Etat pour recevoir, dans des conditions de sécurité absolue, les dépôts d’un certain nombre d’officiers ministériels et auxiliaires de justice.


Twitter icon
Facebook icon
Google icon
Pinterest icon
e-mail icon